Père Noël à l’école : un débat inutile ?

A l’approche des fêtes de fin d’année, quelle place l’école réserve-t-elle au Père Noël ? Doit-elle participer au mythe et verser dans l’univers rouge et blanc du généreux « petit bonhomme au capuchon pointu » ? Ou doit-elle rester à l’écart de ce que certains voient comme une grande entreprise commerciale ? 

La magie de Noël pour les 2-5 ans

Tout d’abord, il faut se souvenir que Noël ne démarre pas en Petite Section, mais dès la crèche. Ainsi, vous aurez sans doute fait provision de Père Noël en chocolat pendant les deux années qui précèdent. Rappelez-vous ceux glissés dans un gobelet recouvert de gommettes vertes ! Ou encore l’assiette décorée avec du coton pour la barbe et un morceau de feutrine rouge pour le bonnet. Les yeux avaient dû s’égarer en chemin…

Bref, votre enfant n’arrive pas dépourvu de références culturelles à l’école. Et c’est cet argument qui convainc la plupart des enseignants de prévoir des activités autour de Noël. De plus, beaucoup d’entre eux estiment que l’univers du Père Noël est propice aux apprentissages.

De même, l’ambiance féérique permet de passer des moments agréables au sein de l’école. Ainsi, c’est l’occasion de décorer l’école et le sapin, fabriquer des objets, chanter, confectionner des biscuits et friandises…

De plus, dans certains établissements, un collègue se déguise pour faire une apparition lointaine et « émerveiller » les enfants euphoriques. 

En fait, l’objectif des enseignants n’est pas de cautionner la fête de Noël, mais de partager tous ensemble un moment magique. En cela, la laïcité est bien respectée. Afin que chaque enfant puisse participer, les aspects religieux de la fête ne sont pas exploités, sauf si les enfants le souhaitent. Cela peut être l’occasion de découvrir d’autres fêtes dans d’autres religions (Hanukkah, Aïd).

via GIPHY

Le Père Noël comme vecteur d’apprentissage en maternelle

L’univers de l’hiver et du Père Noël est propice à de nombreuses activités de

numération :

  • compter les boules, les étoiles, les lutins
  • utiliser un calendrier de l’Avent,
  • compter et décompter les cadeaux, les jours etc.

langage :

  • exprimer ses émotions, ses envies,
  • faire une liste,
  • raconter des histoires). 

graphisme :

  • former des sapins composés de triangles,
  • tracer des lignes courbes en guirlandes,
  • faire des ronds pour les boules de Noël,
  • relier des étoiles,
  • colorier des bonhommes…

En conclusion, on l’aura compris Noël est un temps fort à l’école maternelle. Difficile pour les enseignants hostiles d’échapper à son univers !

Réticences face au Père Noël

Tous d’abord, certains parents et enseignants estiment que Noël est une fête chrétienne. Par conséquent, elle ne devrait pas avoir droit de citer au sein des écoles. Cependant, il parait clair pour tous que le Père Noël est laïc et n’a rien à voir avec le petit Jésus. 

A partir du moment où l’école n’installe pas de crèche et ne dispense pas d’enseignement religieux, la polémique tombe à l’eau ! 

Toutefois, certains détracteurs de Noël affirment ne pas vouloir cautionner une fête commerciale. En effet, la frénésie d’achat de jouets et de nourriture à cette période de l’année pose question. Ainsi il peut être judicieux d’en discuter avec des élèves plus grands pour les sensibiliser aux répercussions écologiques de la surconsommation. 

C’est pourquoi, à mon sens, tout ce qui peut être fabriqué par les enfants s’inscrit dans cette logique de circuits courts, contrôlés (ingrédients et matériaux) et raisonnables (peu coûteux). 

Le Père Noël dans la littérature et le cinéma

Encore une fois, la littérature et le cinéma pourront éveiller les consciences à certains aspects moraux très présents au moment des fêtes : le sens de l’écoute, du partage, du respect des autres, le droit à la différence. 

Petite sélection de circonstance pour les 5 ans + 

Je commence par mon chouchou adoré : L’étrange Noël de Monsieur Jack (plutôt 7 ans si votre enfant s’effraie facilement). Jack, la mascotte du pays d’Halloween, croit bien faire en kidnappant le Père Noël et en organisant Noël à sa place ! Décors et chansons au top où la magie de Noël côtoie l’univers effrayant d’Halloween. 

Ensuite, Le drôle de Noël de Scrooge. Il est vieux, méchant et pingre ce Monsieur Scrooge. Et Noël n’y change rien ! Mais comment réagira-t-il face à de sa propre mort ? Où l’on apprend qu’on récolte ce qu’on sème…

Puis, Le Pôle Express. Tiré du magnifique album de Chris Van Allsburg, Boréal Express, cette belle histoire embarque le spectateur dans un train rempli de bambins en partance pour le Pôle Nord. Qui sera l’heureux élu cette année pour recevoir son cadeau directement du Père Noël ?

Je continue avec Le Grinch donne la part belle au méchant qui a l’occasion d’exprimer toute sa colère et sa hargne. Son mal-être déclenche la panique, mais permet aussi de lever des hypocrisies. Réflexion somme toute pertinente, malgré les outrances du personnage…

Enfin, je termine avec Miracle sur la 34ème rue. Voilà un film qui ne me tentait pas du tout depuis des années et que j’ai vu il y a tout juste un an dans sa version de 1947. Et c’est une belle surprise ! A réserver aux plus grands, car le scénario complexe pourrait en dérouter plus d’un. Le vrai Père Noël se fait embaucher pour tenir son propre rôle dans un grand magasin. Sa responsable, une jeune mère élevant seule sa fille, ne croit en rien, ni au Père Noël, ni à l’amour. La petite fille est jouée par l’impressionnante Nathalie Wood. Gracieuse, têtue et intelligente, c’est elle qui vole la vedette aux autres acteurs. Definitively charming !

Si vous avez d’autres idées de films de Noël, vous pouvez les partager en laissant un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.